Image hébergée par servimg.com

 

" Lettre A Ma Fille."

 

« Je m'appel Romilly, j'ai 22ans j'habite le quartier le plus pauvre de Marille ta maison aurait du être une petite cabane en bois fermé par une chaine, tu aurais eu une tente pour chambre, aucun endroit ou te laver, parfois des jours et des semaines sans rien manger. Je t'attends toi petite chose gigotant dans mon ventre.

Je t'attendais avec impatience mais un jour d'été ou je me suis assise sur le seuil de la maison j'ai vu tous ces gamins avec la peau sur les os des vêtements recousu encore et encore courir partout. Et je me suis dit que pour toi ma fille je ne pourrais pas te laisser grandir dans un endroit pareil. Crois-moi loin de moi l'envie de t'abandonner, toi que j'ai porté 9 mois que j'ai sentis et que j'ai aimé jour après jour devoir te laisser m'ai difficile. Mais je ne peux être égoïste et penser qu'a moi. Je dois d'abord pensée à toi mon petit bébé, à ton bonheur futur.

Alors aujourd'hui je suis ici on est le 15 mais 1982, j'ai hésité une demi-heure avant de rentré toi dans mon ventre tu bougeais pour te préparer à sortir. Oui mais attend encore un peu. Le centre d'accouchement sous X se situ a l'entré de la ville de Marille ;

Mon cœur bat fort voila 2 heures que j'attends, les contractions sont de plus en plus forte je te sens qui pousse pour sortir. Oui mais attend encore un peu. Je suis désolé si tu n'arrives pas à relire mes mots ma mains tremble de peur de ce qui m'attend de peur de ce qui t'attend.

J'aimerais sortir du lit, de la chambre, de ce couloir, de cet endroit, et partir loin très loin. Mais je te sens qui pousse, je ne pourrais pas aller bien loin, Oui mais attend encore un peu.

A chaque pas que j'entends je m'attends à revoir cette horrible femme rentré dans la chambre pour me dire d'écarter les jambes et te laisser sortir. Si seulement tu pouvais rester. Tu serais au chaud à l'abri.

3 fois, 8 fois, 18 fois que j'entends les pas, ce n'est toujours pas pour moi. Tu peux encore rester un peu s'il te plaît reste. Voila déjà une demi-heure que je suis dans ce lit à t'écrire. Je ne trouvais pas les mots et maintenant ils sortent tous seules comme un torrent de montagne. On ma dit que la montagne c'était beau, pourras tu voir la montagne pour moi ?

Les pas se rapprochent il faut que je fasse vite, mon cœur s'accélère encore.
Je le sens cette fois c'est pour moi. Je dois te laisser.

Mon petit cœur mon tout petit bébé, ne m'en veux pas de t'avoir abandonné a une vie que je pense meilleur pour toi que celle que tu aurais eu avec moi a Marille.

Toi qui bouge dans mon ventre reste encore un peu, mais surtout n'oublis pas d'aller voir la montagne pour moi. Reste encore un peu.»

" L'histoire d'Elisi."

 

« Bonjours je suis Elisi une jeune fille de 26 ans et voici mon histoire. »
Un jour du 15 mais 1982 une jeune femme brune, le ventre rond, attendais. Elle regardait les gens passé avec un regard apeuré affligé. Elle était très pâle, d'une pâleur maladive des cernes qui entouraient ses yeux bleue était noir comme l'encre. Vêtu d'un manteau long et miteux elle fini au bout d'une demi-heure par rentrer dans un grand bâtiment gris et se présenta à l'accueil.
- « Bonjour je m'appel Romilly je souhaiterais accoucher... » C'est une dame qui sans un sourire qui l'accueillis et lui posa comme unique question en la coupant :
- « Les contractions ont commencée quand ? »
- « Il y a environ un quart d'heure. »

Puis elle lui fit signe de la suivre et l'emmena dans une chambre aux murs anciennement blanc devenu grisâtre voir jaune avec le temps. Elle s'allongea sur le lit comme on le lui avait demandé. Les draps n'était pas très propre mais le lit était confortable, bien plus que les derniers endroits ou elle c'était allongée. Et elle attendit pendant 2 heures, ou les contractions se resserraient, avant de voir l'infirmière revenir.

On lui demanda de remplir un papier ou la seule mention obligatoire était la date de naissance. Le nom prénom âge adresse, n'étais pas des mentions obligatoire. Mais elle remplit quand même. Agrafer à la feuille se trouvait une feuille blanche ou chaque mère pouvait écrire un petit mot toujours pas obligatoire.

Elle écrivit sur toute la feuille recto-verso et la place lui manqua encore. (Voir Lettre a ma fille)
Puis une sage-femme vint, elle lui demanda un autre papier pour écrire mais on lui répondit que cela suffirait. On lui arracha les papiers des mains et elle du suivre la sage-femme jusqu'à une autre chambre ou du moins une immense salle remplis de lit, certain vide d'autre avec des femme hurlant de douleur bousculer par des sages-femmes les invitant a pousser plus fort.
On l'installa sur un lit a côté d'une jeune femme d'une vingtaine qui venait de finir d'accoucher. Elle réclama son bébé qu'elle avait mit au monde pendant 3heures. Mais personne ne revint la voir si ce n'est une heure après pour lui dire qu'elle pouvait partir.

Romilly mit 8 heures 30 pour accoucher, trop maigre, trop jeune elle mourut 6heures après avoir accouché.

Le bébé, qui était une fille fut mis en orphelinat.

L’âge de 3 ans elle connu sont pire cauchemars. Les plus âgés de l'orphelinat avaient 8 et 9 ans et chacun leur tour ils firent le tour des petites «nouvelles recru » pour « les initiée a la vie ». Pendant toute l'année de ses 3ans ils continuèrent à l'initier elle et 2 autres petites du même âge. Les « grandes » de 8 et 10 ans faisaient la même chose avec les petits de 3 ans.

Elle avait beaucoup parlé avec les 2 autres petites filles qui avait vécu la même chose qu'elle et toutes 3 à l'âge de 6 ans savaient s'occuper des plus petits qu'elle et les protéger des plus âgés, grâce au répétition de la fillette pour plus que ces viols se reproduisent chaque année.

Les 2 garçons avait quitté l'orphelinat depuis 2ans mais la relève étaient assuré par ceux qui avaient subit la même chose petit et trouvaient cela normal qu'ils les initient.

A 7 ans l'orphelinat devait être fermé par la mairie car le nouveau maire voulait une petite superette. Elle fut déplacée et séparée de ses amies dans 5 orphelinats différents jusqu'à l'âge de ses 8 ans avant d'avoir une famille qui voulu véritablement d'elle.

« Et bien voila aujourd'hui j'ai 26 ans, une petite fille qui va finir comme moi en orphelinat car je n'aurais pas eu la force et la chance de survivre après mon accouchement