La Mémoire du Travail

Ou vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit?
Une jeunesse qui peu à peu se flétrit.
Sur leur visage plus aucune innocence.
Leurs vies bien trop adultes sans insouciance!
Mais quelle traitrise l'homme fait-il à sa chair.
Enfants aux mouvements répétitifs sans mère.
Sans respect, sans vergogne! Horreur, cruelle!
Ô, mais pourquoi rester ainsi fidèle ?
Telle une machine, ils travaillent sans plainte.
A un âge où ils auraient besoin d'étreinte.
Richesse, argent, contre pauvreté, misère.

Leur visage ne peut laisser nous taire

Image hébergée par servimg.com

" Les nounours ne font pas de câlin, mais parfois ils sont tous ce que vous avez."

L'histoire d'un Amour entre une enfant et une peluche. Non ce n'est pas un ours c'est un Babar. Vêtement vert, avec une couronne jaune, une peluche bien épaisse avec des couleurs vivent
Dans un magasin de jouet il n'attendait qu'une petite enfant de 3 ans qui pose les yeux sur lui et tombe amoureuse. Et le voici ressortant du magasin serré fort dans les bras de l'enfant. A la montagne elle l'emmène, à la mer elle l'emmène, a l'école elle l'emmène...

Partout où elle va elle l'emmène. Les dessins de sa famille où apparaissent son papa sa maman et le Babar.

 

Tous les soirs il a le droit à une histoire avant de dormir. Lors des orages il est là tout près bien serré dans ses petits bras. Alors qu'elle est malade il la calme et là soutien quand elle vomit. Alors qu'elle est triste il récupère ses larmes, sa douleur et la lourdeur qui enserre son cœur. Lorsque son désespoir est grand même pour une enfant elle se confie a lui qui l'écoute sans relâche attentivement. Et puis elle le sert dans ses bras très fort à chaque fois. 

Elle demande son aide pour des contrôles, pour dire ses notes, pour pleins de choses.
Chaque sorti elle l'emmène avec elle au désespoir de ses parents avec le temps et même les moqueries de ses camarades ne lui feront pas changer d'avis.
 

Puis elle grandit lui vieilli aussi les couleurs de sa peluche devienne terne presque invisible son duvet s'enlève petit à petit les cicatrices se forme aux endroits usées. Elle a 20 ans mais elle, elle le voit tel qu'il était. Et elle le garde toujours auprès d'elle. A la montagne il est toujours là, à la mer de même. Même si maintenant il ne la suit plus a l'école il est la quand elle rentre. Ses pleurs, ses détresses, ses cris, ses peines, ses malheurs, ils les écoutent toujours récupère tous. Ses bonheurs, ses joies, ses amours, ses facilités, ses rires, ils les partagent encore.

Fidèle parmi les fidèles, il l'attend, il l'aime à sa façon. Elle l'aime à sa façon. Une histoire d'amour entre une peluche qui connaît cette enfant depuis ses 3 ans partage tous depuis 18 ans.

Honte ? Pourquoi parce qu'elle l'aime encore qu'elle le regarde encore les yeux pleins de larme avec un sourire aux lèvres ? Non aucune honte juste un respect pour une peluche qui a Tous vu. Image hébergée par servimg.com

" Le Pastiche : C'est un .............."

Déon a le visage blanc, les joues pleines, un nez rouge qui provoque les éclats de rire, les yeux ronds vifs et rieurs, la démarche lourde, faisant de grand pas.

Les cheveux frisés en boucle, soit unis soit colorés.
Il fait des mimiques, parle fort, répète ce qu'il dit, fait répéter et interroge le public où la seule voix des enfants lui répondent dans un même ensemble.

Il tombe, se relève sans relâche, il aime faire rire, plaisir et offrir des cadeaux.
Il est à l'aise avec tout le monde, sans distinction d'âge, il parle et fait des tours aux parents comme aux enfants. Dans le public nous ne voyons que des enfants, grands et petits. Même les adultes un sourire collé au visage retrouve leurs âmes leurs cœurs et leurs yeux d'enfants. Sur un nuage, dans un autre monde ils oublient leurs soucis et leurs problèmes pour plonger dans un univers nouveau ou des émotions qui refont surface de l'enfance. Ils ne seront jamais aussi proches de leurs enfants qu'a ce moment précis.

Dès qu'il apparaît, tous l'entourent, le regardent, souris et l'écoute les yeux remplis d'étoile.
Quand il part, on le rappelle pour qu'il revienne. Il change d'uniforme, de look, métamorphosé, il peut passer d'un grand rire bruyant à une tristesse sans borne, mais en faisant toujours rire son public.

Il joue de tous les instruments de musique plus ou moins bien, parfois en invente de nouveau à partir de presque rien, une boite en carton ou les têtes de son public, qui redouble de fou rire.
Il fait faire le tour du monde aux enfants, sous un chapiteau pointu blanc et rouge, dans la rue sous la pluie protégé par un parapluie d'un passant généreux, ou au soleil, parfois même dans les hôpitaux pour redonner le sourire a ces enfants qui l'on perdu en route.

 

Il porte des vêtements que tout le monde reconnaît : colorés, rieurs, charmeur, câlin, farceur, sincère, triste, bon enfant, il à des contes pleins la tête.

Il est clown.

Image hébergée par servimg.com

" Comment expliquer la guerre a un enfant."

Ce sont deux hommes très amis, l'un est berger vivant en Hidi, chaque jour de l'année dans les hauteurs des montagnes avec ses moutons et son chien. Le second est marchand vivait dans le pays voisin nommé Jama et possède sa petite épicerie.

  

 1 fois tous les mois le berger descend acheter ses produits chez l'épicier son ami. 2heures de route pour aller a ce petit village perché dans les montagnes, plus bas malgré tout que sa bergerie. Pour cela il laisse ses bêtes paître dans les flans de montagne et descend de son refuge avec son chien.

  

A chaque visite c'est un bonheur, le berger apprend les nouvelles de son pays et bien sur du voisin, car perdu dans ses hauteurs il ne capte rien, ni radio ni télé. Comme souvent il prend de la confiture, des biscottes, du pâté, quelques haches aiguisées et cette fois ci il prit aussi 3 petits pots de bon miel que l’épicier fabrique.

 

Après avoir acheté tous les produits utiles les deux hommes s'installent et discutent chacun leurs mésaventures, leurs passions.

Le chat de l'épicier tranquillement allongé et surveillé par le chien du berger, regarde une abeille voletée au dessus des pots de miel mais surtout tourner autour d’une goutte qui menaçait de tomber.

 

Le peu d’air produit par les ailes de l’abeille fit tomber la goutte de miel. L’abeille continua quelque minute à tourner autour de la goutte sur le sol puis s’y posa. Le chat nerveux agite sa queue et se prépare à bondir sur l’abeille dès que celle-ci aura le dos tournée.  Et la tous s'enchaine, l’abeille tourna finalement le dos au chat ce dernier sauta et tua l’abeille mais le chien se croyant attaqué par le chat saute a son tour sur lui le mordit violement et finit par le tuer.

Les 2 hommes se levèrent et virent la scène du chat mort et du chien juste à côté. 

 

Alors l'épicier s'exclama :

- mais ton chien à tuer mon chat qui va surveiller les sacs de grains des rats ??

L'épicier pris un fusil et abattit le chien. Vite remis d'une telle surprise, le berger se battit avec son ami l'épicier en criant  :

- qui va protéger mon troupeau des loups et des animaux sauvage maintenant que tu as tué mon chien ?

Tout alla très vite encore une fois, frappé à la tête l'épicier ne se releva pas et le berger repartit dans ses hauteurs d'Hidi pour enterrer son chien.

Ne voyant plus l'épicier les villageois du pays de Jama finirent par comprendre qui avaient tué leur ami épicier, aussi ils choisirent 10 d'entre eux pour aller le venger. Ils montèrent et passèrent de Jama à Hidi et exécutèrent le pauvre berger qui surveillait ses moutons, en vengeance au meurtre de leur épicier.

Les villageois redescendirent chez eux. Mais, quelque temps après, le village le plus proche du lieu d'habitation du berger fus informer du meurtre de celui-ci aussi ils en informèrent eux même leur région et cette dernière envoya massacrer les villageois de l’épicier. Et cela continua et fini par une guerre entre le pays d'Hidi et de Jama, à partir d'une simple goutte de miel.